L’inconnu

Elle sut qu’il reviendrait. Elle ne l’avait qu’entrevu au cours d’une de ses promenades. En l’espace de quelques secondes, elle fut obnubilée par ce regard chargé d’émotions intenses. Ils ne s’étaient pas échangé un mot mais déjà, elle savait qu’ils s’appartenaient. Ses yeux océan reflétaient soit du désespoir, soit de l’intrigue. Elle voulait tant l’approcher. Pourtant, il partit, sans aucun regard.

Elle attendit. Et attendit.

Puis il vint. D’une remarquable beauté, il marchait avec nonchalance, le monde à ses pieds. Vêtu d’un look homme d’affaires, il était irrésistible et il le savait trop bien. Pourtant, elle était fascinée. Elle se leva et se mit à le suivre sans que personne ne s’en aperçoive. Il s’arrêta au bord d’un étang et s’assied. Avec audace, elle vint prendre la place libre près de lui. Ils ne s’étaient jamais rencontrés auparavant. Pourtant, tous deux subissaient l’atmosphère chargée d’émotions. Puis il se regardèrent, longtemps. Ils surent…

L’homme se leva le premier, la femme le suivit docilement. Jamais elle n’avait fait une chose semblable dans sa vie. Elle avait 21 ans, dans la fleur de l’âge. Pourtant, elle se sentait envahie d’une confiance étonnante. Ils se prirent la main. Ils montèrent au second étage d’un hôtel réputé. Ils n’avaient échangé aucune parole, seulement un regard. Ils arrivèrent à leur chambre en moins de deux. L’homme s’assied sur le lit, défit sa chemise. La femme suivait tous ses gestes du regard et l’invita à continuer. Il dévoila un torse bronzé, fier, des muscles saillants. La femme se mit à genoux devant lui, s’appuyant contre sa cuisse. Elle vit une bosse qui d’abord la gêna. Elle commença à le caresser de ses mains douces aux doigts effilés. L’homme lui caressa d’abord les cheveux, puis la nuque. Ils eurent un frisson à cet instant. Puis tout s’enchaîna. La femme le renversa sur le lit, lui arracha un baiser féroce. Il déchira son chemisier de soie noire et découvrit une poitrine couleur pêche, ferme. Il pressa ses lèvres sur ses magnifiques petites auréoles tout en lui pétrissant les fesses sous sa jupe virevoltante. Elle ne portait pas de culotte, ce qui le fit frémir. Il découvrit qu’elle mouillait, sous ses yeux de jolie débutante. Elle entreprit de défaire la boucle de sa ceinture tout en effectuant une légère pression sur son entrejambe en un gloussement de plaisir. En déboutonnant légèrement le vêtement, elle resta muette d’admiration. Le sexe fièrement dressé pointait déjà, en prenant une bouffée d’air. Elle lui donna un baiser qui se transforma en une délicieuse étreinte, arrachant de petits grognements à son propriétaire.

Revenant de ses émotions, il la retourna doucement sur le dos pour lui rendre son doux plaisir. Après l’avoir embrassé, il descendit tranquillement, en ne s’attardant sur son petit nombril que l’instant d’un baiser. Il prit ses doigts de pianiste pour délicatement entrouvrir ses lèvres et s’attarder longuement à son petit bouton d’amour. Il lui arracha des cris de plaisir intense qui ne firent que l’enhardir. Il se releva et tout en lui caressant son sexe, la pénétra de toute la longueur de son membre. Jamais elle ne s’était sentie autant remplie de bonheur qu’en ce moment. Elle lui prit les hanches pour lui rythmer le mouvement de plus en plus vite. Ses doigts couraient dans son dos, ses hanches, ses fesses. Il poussa encore plus vite, excité par le massage prodigieux qu’elle lui prodiguait. Puis, les deux se confondirent en soupirs et en gémissements tout en s’enlaçant tendrement. Ils passèrent la nuit ainsi, collés, ne faisant qu’un. Elle savait qu’il reviendrait. Il est revenu.

Pour toujours.

Confession de Josée

Laisser un commentaire